Toponimo

Ferme Aïn al Hammam, Pagus Assallitanus

Posizione

36.42° N, 9.300° E, h. 340 m.

Vallée del’oued Khalled au nord de la voie Carthago-Theveste.

Descrizione

La ferme antique occupait une position stratégique à proximité de la voie Carthago-Theveste. Les citernes ensevelies lors de la construction d’une ferme moderne, sont toujours accessibles par le puits au milieu de la cour. La planimétrie de la structure antique est perceptible grâce aux murs arasés à même le sol, qui englobent un seuil antique, des orthostates émergeants et un pavement de petites dalles. On compte un malaxeur ou pétrin cylindrique en calcaire blanc d’une boulangerie (de Vos 2007, 49, fig. 5), une colonne, un contrepoids, une maie de l’ancien pressoir et deux fragments d’un milliaire dont on a coupé le texte de l’inscription.  

Citazioni sito

AE 1921.43: ‘3.5 km à l’Ouest d’Aïn-Babouch (Mizigi), existe une petite ruine assez effacée. À une vingtaine de mètres d’une ferme appartenant à M. Schultz et dans le verger de celui-ci. À l’extrémité sud-est de cette ruine1, on a découvert récemment une épaisse dalle encore en place sur son lit de mortier. L’inscription suivante qu’avaient bien voulu nous signaler M. R. Bréjean et M. Saint-Jean y est gravée:

IOVI❧AVG

SACRVM

PAGVS❧AS

SALLITAN

VS❧V❧S❧

C’est la première fois qu’est mentionné le pagus Assalitanus [sic!]. Ce pagus dépendait-il de la civitas Mizigitanorum? On serait assez porté à l’admettre; car, dans l’hypothèse contraire, le territoire de la cité comprendrait bien peu de terres cultivables, Aïn-Babouch étant entouré au Nord, à l’Est et au Sud par des escarpements en bonne partie inutilisables. En tous cas, il y a lieu désormais d’admettre que dans la région immédiatement à l’Est de Thubursicu Bure et de Thugga, les territoires de ces cités ne dépassaient pas l’Oued-Khalled; c’est seulement beaucoup plus au Sud que le pagus Thuggensis s’étendait sur la rive gauche de la rivière et y avait les “communaux” dont les bornes ont été retrouvées en 1907’ [c.-à-d. AAT n°215].

[1] ‘Complète. Haut. 1,03; larg. 0.54; épaiss. 0,24. La face opposée à l’inscription n’est que dégrossie; les petites faces latérales sont au contraire polies. La partie supérieure de la dalle, non polie, ne présente pas de trou d’insertion. Lettres de 0,10-0,09, soigneusement gravées, mais un peu maniérées. Le texte est encadré d’un cartouche.’

Aounallah 2010, 115, 144, 217.

de Vos and Attoui 2013, 119.

Poinssot 1920, pp. 286-7.

Bibliografia

Aounallah, S. (2010). Pagus, castellum et civitas. Étude d'épigraphie et d'histoire sur le village et la cité en Afrique romaine. Scripta Antiqua 23. Paris-Bordeaux: Ausonius Éditions. Bibtex
de Vos, M. and R. Attoui (2013). Rus Africum. Tome I: Le paysage rural antique autour de Dougga et Téboursouk: cartographie, relévés et chronologie des établissements. Bibliotheca Archaeologica, 30. Bari: Edipuglia. Bibtex
Poinssot, L. (1920). «La Civitas Mizigitanorum et le pagus Assalitanus». In: Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 64.3, pp. 285-288. Bibtex

Il nostro sito salva piccoli pezzi di informazioni (cookie) sul dispositivo, al fine di fornire contenuti migliori e per scopi statistici. È possibile disattivare l'utilizzo di cookies modificando le impostazioni del tuo browser. Continuando la navigazione si acconsente all'utilizzo dei cookie. Accetto