Toponimo

Coopérative Cheidi, Ferme ash-Shhid, Henchir es-Zitouna

Posizione

36.41° N, 9.275° E, h. 337 m.

Sur la rive ouest de l’oued Khalled, les champs traversés par l’ancienne via a Karthagine Thevestem passant au nord de la ferme, sont destinés à la céréaliculture à grande échelle en raison de la qualité des sols alluviaux et de la facilité pour le labour mécanique.

Descrizione

La ferme moderne conserve un milliaire divisé en deux morceaux mentionnant la distance de 80 miles de Carthage. Il ne conserve pas la partie supérieure qui devait contenir le nom de l’empereur Philippe l’Arabe (244-49 EC); par contre, on relève les noms des fils de l’empereur et de son épouse Marcia Octacilia Severa, l’impératrice, la mère du César, des castra, du Sénat et de la patrie. Le milliaire est datée entre 247 et 49, lorsque son fils Philippe a été promu à Auguste et co-empereur. Les quatre autres milliaires de cet empereur conservés sur la via a Karthagine Thevestem ont été trouvés dans le site 369,1 à Agbia, site 549 (2 exemplaires) et le quatrième à 3 km plus loin, à Mustis, à 90 miles de Carthage.2 Trois autres milliaires de Philippe l’Arabe trouvés à 92 miles à Mustis, à 106 miles à Zaza et à 116 miles à Lares (aujourd’hui djebel Lorbeus) témoignent d’une restauration partielle de la voie de 78 à 116 miles. Les milliaires de Philippe l’Arabe et les deux milliaires suivants de l’empereur Dèce3 contiennent le nom toujours au nominatif, les autres (à l’exception de Claudius II le Gothique4) mentionnent le nom au datif: ces inscriptions doivent être considérées comme des dédicaces offertes par la ville et la population, qui ont financé la construction et l’entretien des voies. Ni avant ni après, les empereurs ont financé la construction de voies. Le changement dans le cas de l’acteur peut être expliqué par le lieu où les décisions étaient prises: d’abord au niveau central par l’empereur à Rome et après par les administrations décentralisées des provinces.

Dans la ferme sont conservés en outre un chapiteau trapézoïdal et deux caniveaux aux joints mâle-femelle d’origine inconnue. On ne sait pas s’ils appartenaient à la conduite de Sidi ech-Cheïdi, ou à un autre ancien établissement sur le vaste terrain de la Coopérative qui occupe l’emplacement. En 2011 un contrepoids s’y est ajouté, mais les autres éléments mentionnés ci-dessus font défaut.

 

 

 

[1] Poinssot 1921a, XXX-XXXII.
[2] Agbia: CIL 8.22057, 22059; Mustis, koubba de Bir bou Baker (Sidi M’Kahel): CIL 8.22089, Carton 1895, 57 n. 63.
[3] 8.22065, 22066. Le dernier avec le nom au genitif, propriété impériale?: Salama 1987, 59 et n. 231.
[4] CIL 8.22052, v. site 155.

Citazioni sito

de Vos and Attoui 2013, 66.

de Vos 2000, 17, fig. 26.

de Vos 2004, 1.

Bibliografia

de Vos, M. and R. Attoui (2013). Rus Africum. Tome I: Le paysage rural antique autour de Dougga et Téboursouk: cartographie, relévés et chronologie des établissements. Bibliotheca Archaeologica, 30. Bari: Edipuglia. Bibtex
de Vos, M. (2000). Rus Africum: Terra, Acqua, Olio nell'Africa Settentrionale: Scavo e ricognizione nei dintorni di Dougga (Alto Tell Tunisino). Labirinti 50. Trento: Università degli studi di Trento. Dipartimento di scienze filologiche e storiche. Bibtex
de Vos, M. (2004). «Loca neglecta». In: Archeologia del territorio. Metodi, materiali, prospettive. Medjerba e Adige: due territori a confronto. Edited by: M. de Vos. Labirinti 73. Università degli studi di Trento. Dipartimento di Scienze Filologiche e Storiche: Trento, pp. 9-55. Bibtex

Il nostro sito salva piccoli pezzi di informazioni (cookie) sul dispositivo, al fine di fornire contenuti migliori e per scopi statistici. È possibile disattivare l'utilizzo di cookies modificando le impostazioni del tuo browser. Continuando la navigazione si acconsente all'utilizzo dei cookie. Accetto